Généalogie

La famille Solioz

Solioz
Ce patronyme, avec ses variantes: Sollioz, Zolioz, Zolio, Zoulio, dérive peut-être du prénom Julius, Jules. Vieille famille d'Anniviers, bourgeoise de Saint-Jean; elle s'est répandue à Vex au XVè siècle, à Hérémence en 1538, à Vernamiège en 1742, à Nax, Grône, Saint-Léonard au XIXè siècle.
Jean-François, grand-châtelain d'Hérens 1824-1848, président du Tribunal d'Hérens 1848-1854; son fils Antoine marié en 1845 à Marie-Joseph-Eugénie-Jeanne­Monique de Courten, née 1818, sous-préfet du district d'Hérens 1858-1870, président du Tribunal d'Hérens 1866- 1870; Joseph, juge suppléant au Tribunal d'Hérens 1884- 1887.
La famille a donné 5 députés. Plusieurs représentants de cette famille s'établirent à Sion, d'abord vers 1600, puis vers 1850: François (mort 1868), de Mayoux, avocat; une branche originaire d'Hérens a été reçue bourgeoise de Sion au XIXè siècle; de même Ulysse, de Saint-Léonard, bourgeois de Sion le 10 mars 1912.

En ce qui concerne les Solioz de Nax, tous descendent de Christian Solioz, venu du Val d'Anniviers, qui se maria aux environ de 1740 avec Elisabeth Grand, puis en 1762 avec Catherine Fauchère.
Les recherches sont actuellement en cours sur la Paroisse de Vissoie pour en découvrir plus

La famille Balet

Balet
Variantes : Ballet, Balet, Bautet.
Famille de Loèche citée dès le XIVè siècle, éteinte dans cette ville vers la fin du XVIIIè siècle, toutefois, la famille de même nom, encore florissante à Grimisuat paraît être une branche de la même famille.
Théodule, probablement de Loèche, est établi à Sion dès 1404, où il est reçu bourgeois, remplit les fonctions de sautier et de châtelain, prête hommage à l'évêque André de Gualdo pour ses charges en 1423, vend la saltérie en 1426 à Jean Zendere, de Saas, habitant Sion. Famille éteinte à Sion.
La branche de Loèche a donné 2 gouverneurs de Monthey : Franz-Joseph, major du dizain de Loèche, gouverneur de Monthey 1737-1739, Johann-Baptist, major du dizain de Loèche, gouverneur de Monthey 1723-1725.
Adrien, notaire, capitaine et châtelain de Grimisuat 1701. Barthélémy (1682-1730), professeur au Collège de Sion 1714, curé de Grimisuat 1716-1724, mort à Rome
Jean-Adrien, mort 1766, curé de Saint-Léonard 1742, de Savièse 1743, de Conthey 1753.
La famille a donné plusieurs députés au Grand Conseil
Jean-Baptiste (1847-1901), député 1897-1901
Maurice (1871-1937), député 1905-1909, 1913-1917, 1921-1925
Alphonse (1904-1956), député 1945-1949, 1953-1956.
Gabriel, né 1906, capucin sous le nom de père Zacharie, prêtre 1933, missionnaire aux îles Seychelles 1959-1965, curé de Montana-Village 1970-1981, dialectologue, auteur d'un lexique du parler de Savièse, Sion, 19...
La famille a essaimé à Nax, Saint-Léonard avant 1800, à Grône au XIXe siècle.

La famille Follonier

Balet
Patronyme dérivé d'un nom de métier: foulon ou foulonnier: artisan qui foule les draps.
On rencontre les graphies suivantes: Fullonir, Voloneris, Foloneyr, Follonys, Follonyer, Follognyer, Follonnier, Folonier, Folloniers.
Famille de la vallée d'Hérens qui apparaît en 1383, avec Addan Foloneyr, paroissien de Saint-Martin, et qui a donné de nombreux notaires, magistrats locaux et ecclésiastiques. Jean Voloneris est député d'Hérens à la Diète en 1499. François, d'Evolène, notaire, instrumente à Mase 1567-1599; François, notaire à Evolène 1582-1615, vice-châtelain d'Hérens; Germain, notaire à Mase 1648-1680; Jean-Antoine, d'Evolène, curé de Saint-Martin 1648-1650 et 1658-1692; Jean-Joseph, curé de Bramois 1693, chanoine de Sion 1695, 11705. La famille essaime à Nendaz, avant 1447, à Hérémence avant 1694.
une autre branche s'établit à Mase en 1777, puis à Vernamiège en 1792 et, de là, à Nax en 1926.
Charles, Dr méd., à Sion, puis à Saint-Maurice, i" 1838; Joseph, des Haudères, député au Grand Conseil en 1840
Pierre-Joseph-Antoine (1839-1887), de Saint-Martin, recteur de Salins, vicaire à Ayent, curé de Saillon 1877, custode de Valère 1885
François (1882-1939), de Vernamiège, professeur au Collège de Sion 1908, curé de Grône 1914, de Vionnaz 1931, aumônier du monastère de Collombey 1938
Chrétien, né en 1892, frère du précédent, chanoine de Saint-Maurice, professeur, directeur du collège, procureur, curé de Lavey, de Finhaut, prieur et vicaire général de l'abbaye, curé d'Evionnaz, de Vernayaz, recteur de l'Hospice Saint-Jacques. Une branche du hameau des Fosches sur les Haudères, venue à Mâche dans la commune d'Hérémence vers 1740, a donné Jean, né en 1920, écrivain et romancier. La famille, dans ses différentes branches, possède droit de bourgeoisie à Evolène, Saint-Martin, Hérémence, Mase, Vernamiège, Nendaz.
Un rameau d'Evolène a été reçu à Genève en 1958 et 1959. A Evolène, la famille Follonier comptait 110 personnes en 1970.

La famille Constantin

Balet

Très vieille famille d'Arbaz et Ayent, connue dès 1282, qui doit probablement son nom à un ancien prénom. Elle a donné des notaires, châtelains, métraux et de nombreux ecclésiastiques, notamment Adolphe (1837-1918), d'Arbaz, capucin, supérieur et prédicateur dans tous les couvents de Suisse romande, définiteur de la province de son ordre.
Des branches s'établirent à Vernamiège en 1747, venant d'Arbaz en 1813 venant d'Ayent, en 1853 venant de Loèche-les-Bains.
Des branches se sont aussi établies à Nax avant 1800 et à Chamoson où Jean Constantin fut reçu bourgeois en 1841, mais où la famille ne subsiste plus.
D'autres branches de la famille d'Ayent sont aujourd'hui ressortissantes de Granges district de Sierre) depuis 1827
de Dardagny (Genève) depuis 1917
de Salquenen (district de Loèche) depuis 1942
un rameau de Nax a aussi acquis droit de cité à Genève en 1910
de même, un rameau d'Arbaz a été reçu bourgeois de Sion en 1959 en la personne de Marc, né en 1920, et de sa famille.